Comment Bill Gates aide KFC à pénétrer le marché africain

vendredi 17 janvier 2014
par  jean-marc

La Fondation Gates et l’USAID aident l’expansion africaine du colonel, peut-être au détriment des agriculteurs locaux.

Il y a actuellement plus de 750 KFC en Afrique sub-saharienne. Presque tous sont en Afrique du Sud, où ils vendent autant que 10 pour cent des poulets élevés dans le commerce de la nation. Or, la société mère de la chaîne, Yum Brands (qui prétend nourrir le monde), est en pleine une expansion vers le nord. Elle affirme avoir l’intention de vendre ses pilons de poulet au Sénégal, en Ethiopie et en République démocratique du Congo.

L’objectif de KFC est la classe moyenne de l’Afrique, qui se développe à la fois en nombre et en influence. Selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations Unies, la consommation de volaille en Afrique subsaharienne va augmenter de 270 pour cent par rapport à ses niveaux de 2000 d’ici à 2030. Une grande partie de cette croissance est alimentée par les consommateurs, de la classe moyenne urbaine qui ont adopté la restauration rapide comme un symbole de meilleur statut social, même si elle coûte souvent plus cher que la nourriture de rue ou d’autres spécialités locales.

Pourtant, le colonel n’est pas seul à s’aventurer en Afrique. Il se fait donner un coup de pouce par le gouvernement américain et la Fondation Gates, tout cela au nom de la sécurité alimentaire et pour, prétendument, « aider les petits agriculteurs de l’Afrique ».

Pour grandir, KFC et les autres marques de restauration rapide exigent un approvisionnement régulier de poulet, avec leurs normes particulières. C’est un défi de taille pour les petits producteurs de poulet de l’Afrique que de répondre à cette demande. Au Ghana, par exemple, les poulets locaux ne parviennent pas à répondre aux demandes de la société en matière de qualité. Le Wall Street Journal a récemment rapporté que les agriculteurs ghanéens ne sont pas "assez professionnels" pour KFC, forçant, ce qui oblige les propriétaires de franchise à acheter des importations coûteuses.

Mais là où les petits agriculteurs souffrent, les grands producteurs de poulet de l’Afrique réussissent. Ils demandent de plus en plus d’aliments riches en protéines, en particulier le soja. Pour leur part, l’Agence américaine pour le développement international et la Fondation Gates voient plutôt ceci comme une opportunité pour les petits agriculteurs, s’ils peuvent être convaincus d’adopter une nouvelle culture. Pour ce faire, l’USAID et Gates appuient la mise en place de ce que les experts du développement appellent « chaînes de valeur » - ils mettent en relations d’affaires les petits agriculteurs pour la vente des intrants agricoles comme les engrais d’un côté, et de grands acheteurs de maïs et de soja de l’autre. Ces acheteurs procèdent ensuite à la transformation de ces produits et les vendent aux grossistes du poulet qui, eux, misent leur croissance future sur la revente et l’expansion africaine de KFC.

L’idée, explique l’USAID (PDF), c’est de donner aux petits agriculteurs, dont l’activité permet à peine de se nourrir, l’accès à de nouvelles technologies permettant de produire plus, ce qui devrait leur permettre d’abord de se nourrir et puis "de diversifier leurs productions dans des cultures plus commerciales." Partout en Afrique, des entreprises soutenues par l’USAID et la Fondation Gates développent de telles chaînes d’approvisionnement et encouragent les petits agriculteurs à se joindre à eux.
Au Mozambique et en Zambie, Gates soutient un projet de quatre ans visant la construction d’un gazoduc de soja de $ 8.000.000, avec l’aide du géant de l’agro-bizness Cargill. La société de gestion du projet, Techno Serve, identifie sept des plus importants grossistes de poulet de la Zambie (PDF) comme principal marché pour le soja. Cette liste comprend Zam Chick, un fournisseur de poulet et de la chaîne de fast-food, en grande partie détenu par un grossiste d’Afrique du Sud, et au moins deux autres qui entretiennent des relations avec KFC.

Pour les grands grossistes de volaille, le système de la chaîne de valeur est parfaitement logique : c’est un moyen de pousser les petits agriculteurs vers une seule culture, comme le soja, riche en protéines, puis de transformer cette culture en aliment pour les poulets, et, éventuellement, en poulet.

« Mais pour les petits agriculteurs, les deux objectifs, soit l’approvisionnement d’une chaîne alimentaire de type industrielle et celui de nourrir leurs familles ne vont pas nécessairement de pair comme l’USAID et la Fondation Gates le voudraient », affirme James Mc Cann, un historien de l’agriculture africaine à l’Université de Boston.
Bien entendu, le soja peut être consommé directement par les humains. Mais après avoir investi leurs maigres ressources dans la production du soja, dit McCann, les petits agriculteurs peuvent trouver difficile de ne vendre leur production à personne d’autre que ces grands producteurs d’aliments commerciaux. "Les attentes du marché peuvent modifier les habitudes de production des agriculteurs, » dit-il. "Mais ces derniers produisent-ils pour le marché local, ou pour la chaîne de valeur ?"

Rejoint dans la capitale zambienne, Lusaka, Richard Hurelbrink , le directeur d’un projet de production de soja soutenu par l’USAID à la hauteur de 24 millions de dollars, indique que le renforcement des chaînes d’approvisionnement pour les différents produits créera des emplois. "Le soja est important", dit-il. "Les marchés finaux sont le secteur de l’élevage et la fabrication d’aliments pour les animaux. Ils exigent beaucoup de matériel." Le soya importe pour les petits producteurs de maïs de la Zambie, non seulement comme une culture de rente, mais parce qu’il peut être cultivé hors-saison de maïs, explique-til. Raphaël Cook, un porte-parole de l’USAID, ajoute que que les agriculteurs zambiens ont cultivé de plus en plus de soja au fil des années, mais que cette culture était concentrée presque entièrement chez de grands producteurs. La demande croissante crée maintenant des opportunités pour les petits agriculteurs, précise-t-il.

Andrew Eder, un porte-parole de TechnoServe, qui gère le projet soutenu par Gates, affirme que le rôle de son entreprise est de relier les agriculteurs « aux meilleurs marchés locaux, régionaux ou mondiaux, pour leur récolte ou le produit ». Prié de dire s’il craignait que leur projet serve à propulser l’industrie du fast-food en Afrique. Eder rappelle la mission du projet : « notre objectif est d’améliorer la chaîne de valeur de soja afin d’augmenter les revenus des petits agriculteurs avec qui nous travaillons."
Une porte-parole de Yum Brands affirme que la compagnie ne fonctionne pas avec l’USAID. « Nous nous approvisionnons en poulet principalement en Afrique et nous travaillons régulièrement avec des fournisseurs locaux, pour augmenter la production, répondre à la demande pour nos produits et rencontrer des normes de qualité de plus en plus élevées », dit-elle. Toutefois, la société a essayé de retenir l’attention de l’agence USAID. Des dossiers indiquent que Yum a fait du lobbying auprès de USAID et sur l’aide étrangère au développement en Afrique depuis 2011.

Pendant ce temps, les grossistes africains de volaille envisagent déjà leur expansion dans le sillage de KFC et des autres chaînes de restauration rapide. Prenez l’exemple de South Africa’s Country Bird Holdings. Il y a dix ans, c’était une entreprise provinciale, maintenant c’est l’un des plus grands producteurs de volailles du pays, avec plus de 165 000 tonnes de poulet l’an dernier. Country Bird fournit actuellement 15 pour cent de son poulet à des chaînes de fast-food, il prévoit d’augmenter cette part à 35 pour cent. "C’est l’intention stratégique de CBH de devenir un partenaire clé de la chaîne d’approvisionnement de KFC qui prend de l’expansion en Afrique", a indiqué la compagnie dans son rapport annuel 2012 (PDF). Elle a même lancé sa propre franchise KFC au Zimbabwe l’année dernière et présente des images de gens qui mangent KFC dans son dernier rapport annuel.

La filiale de Country Bird de la Zambie contrôle 40 pour cent du marché des poussins nouvellement éclos dans ce pays, et a l’intention d’utiliser ses installations là-bas pour exporter du poulet de chair dans six pays voisins. Selon le plan de TechnoServe, la filiale zambienne est également l’un des grossistes de poulet branchés sur le pipeline de soja de la Fondation Gates. Country Bird’s a également construit une installation de 42 millions de dollars en Zambie dans le but de fournir six pays voisins, un projet essentiellement financé par un prêt de la Banque mondiale.

Lire la version anglaise de l’article



Siege fongs