Un projet pour améliorer la couverture médiatique des questions concernant l’agriculture familiale au Sénégal

mercredi 16 avril 2014
par  Aminata Diène

Le CNCR et l’Agence Jade Syfia profitent de la Journée internationale des luttes paysannes, le 17 avril 2014, pour procéder au lancement officiel d’un projet visant l’amélioration de la couverture médiatique des questions concernant l’agriculture familiale au Sénégal.

Ce projet s’inscrit à merveille dans le cadre du programme national coordonné par le CNCR pour la célébration au Sénégal de l’Année internationale de l’agriculture familiale. Il permettra la mise en valeur des efforts de nos exploitations familiales œuvrant dans plusieurs zones agro écologiques et rattachées aux diverses filières de production (maraichage, riz, arachide, etc.) pour nourrir la population du pays, maintenir des emplois et en créer de nouveaux.

PNG - 57.1 ko
Année internationale de l’agriculture familiale

Cette valorisation sera faite grâce à des articles, portraits et reportages produits par plusieurs jeunes journalistes et publiés par la suite dans une large diversité de médias d’information.

JPEG - 11.1 ko
Uniterra

Appuyé par le programme de partenariat Uniterra, qui fournit des appuis techniques de la part de volontaires canadiens à plusieurs organisations représentant les exploitations familiales sénégalaises, dont cinq (05) membres et une (01) non membre du CNCR, ce projet est une initiative de l’Agence Jade Syfia qui sera réalisée sous la supervision du journaliste Madieng Seck, connu pour son travail au sein du mensuel Agri Infos.

PNG - 3 ko
Jade Syfia-Sénégal

Cet atelier de lancement a lieu aux bureaux du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR)

JPEG - 63.5 ko
CNCR

Le jeudi, 17 avril 2014, à compter de 10 heures
Villa N° 58A, Salle du 1e étage
Lotissement CICES, Dakar

Le 17 avril 2014 ailleurs dans le monde

Par ailleurs, pour l’ONG La Via Campesina, le 17 avril 2014 représente une occasion rêvée de se porter à la défense des semences paysannes.

« Les semences possèdent une place fondamentale dans la lutte pour la souveraineté alimentaire. Des semences dépendent les récoltes qui nourrissent les peuples du monde, et à chaque cycle, se reposent les questions de par qui et comment cette nourriture est produite. Les semences transmettent aussi la vision, le savoir, les pratiques et la culture des communautés paysannes », peut-on lire sur le site de La Via Campesina.

Voir l’article au site de La Via Campesina



Siege fongs