Forum sur la transparence dans la gestion du secteur des pêches au Sénégal : quelle Stratégie pour le développement durable de la pêche

samedi 21 mai 2016
par  Aminata Diène

L’Association pour la promotion et la responsabilisation des acteurs de la pêche artisanale de Mbour (APRAPAM) a organisé, ce jeudi 19 mai 2016 au centre Abbé David Boilat de Mbour, un forum portant sur la « Transparence dans la gestion du secteur des pêches au Sénégal : Quelle Stratégie pour le développement durable de la pêche ».

Ce forum a vu la participation des acteurs de la pêche au Sénégal. Les ministères de la Pêche et des Finances, des ONG, des ingénieurs, des associations paysannes et la presse étaient présents à cet évènement. La transparence dans le secteur de la pêche a été au menu des débats.

M. Gaoussou Gueye, le Président de l’APRAPAM, tout en remerciant le public, a réaffirmé son engagement dans le secteur de la pêche. Pour M. Gueye, la transparence est d’une importance capitale : « on a trop parlé de gouvernance. On ne peut parler de gouvernance et nier la transparence d’autant plus que le Président de la République du Sénégal s’est engagé dans le cadre de la FiTI (Fisheries Transparency Initiatives) après la Mauritanie et aux côtés de l’Indonésie et des Seychelles ». M. Samba Gueye, ancien Président du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR) et Président de la FENAGIE/ Pêche a invité les acteurs à la transparence tout en revoyant les pratiques anormales qui se font au niveau de la pêche et faire des sanctions.

Objectifs du forum :

  1. Identifier les principaux domaines où la publication des informations existantes sont nécessaires dans le cas du Sénégal, y compris :
  • Les accords et les autorisations de pêche ;
  • La transparence dans les licences de pêche au Sénégal : fonctionnement du système d’attribution des licences, publication des listes de bateaux sous licence 2 ;
  • La transparence sur les sociétés mixtes – la publication de l’audit complet du pavillon sénégalais ;
  • La transparence sur les accords de rétrocession d’infrastructures de transformation des produits de la pêche ;
  • Le système d’agrément des usines de transformation ;
  • Transparence dans l’implantation et la gestion de la chaîne de froid ;
  • La situation de la gestion et de l’exploitation des Concessions d’infrastructures de l’Etat à des tiers : quais de pêche, aires de transformation artisanale, etc. ;
  • Le système d’information et la fiabilité des données qui concourent l’aménagement et la gestion durable des pêcheries (évaluation du potentiel exploitable des ressources halieutiques, statistiques, capacité et effort de pêche-Immatriculation des pirogues, permis de pêche, contrôle surveillance et suivi des pêcheries, etc.) ;
  • La mise en œuvre et l’exécution des programmes et projets de développement dans le secteur.
  1. Proposer un processus pour la mise en place rapide du Groupe National Multipartite FiTI pour le Sénégal : composition, fonctionnement.

Résultat attendu :

Un Cadre et un contenu sont définis pour le Groupe National FiTI, afin de mobiliser à moyen et à long termes les décideurs, les Professionnels de la pêche et les Acteurs de la Société Civile.

A propos de la FITI :

L’Initiative de Transparence de l’Industrie de la pêche (FiTI) a été lancée au début de l’année 2015. C’est une initiative multipartite qui s’inspire, dans sa conception, de l’ITIE (Initiative de Transparence des Industries Extractives). Le lancement de la réflexion sur la FITI a eu lieu en Mauritanie et a donné lieu à la Déclaration de Nouakchott signée le 20 Janvier 2015 par Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République islamique de Mauritanie. La FiTI a établi un comité multipartite international avec une représentation égale des gouvernements, du secteur de la pêche et de la société civile. Elle établira les principes, les critères de transparence et des directives de procédure.



Siege fongs